L'approche centrée sur la personne (ACP)

“Dans mes premières années professionnelles, je posais la question: Comment puis-je traiter ou guérir ou changer cette personne? Maintenant, je voudrais formuler la question de cette manière: Comment puis-je établir une relation que cette personne peut utiliser pour sa propre croissance personnelle.”

Carl Rogers

A l’origine de cette approche, Carl Rogers, psychologue américain, reconnu mondialement pour son travail.Dans un monde où le paraître semble dominer, cette approche démontre combien les relations humaines vraies, sans leurres, sont primordiales et apportent réconfort.Cette approche n’est pas tant une façon d’agir mais plus une manière d’être avec soi-même et avec l’Autre.

On parle volontiers de thérapie non-directive pour décrire cette approche. Cependant non-directif n’est pas synonyme de « laisser – aller », « laisser – faire », d’indifférence… Le thérapeute par son attitude s’abstient de juger et se place dans une position d’ouverture, d’acceptation inconditionnelle de l’Autre.

  • L’empathie : comprendre ce que vit l’Autre, ce qu’il ressent au plus profond de lui-même.
  • La considération positive inconditionnelle : reconnaître, accepter la personne dans sa totalité.
  • La congruence : être le plus authentique avec soi-même (en tant que thérapeute) et avec l’Autre.

Ces trois attitudes font que le thérapeute adopte une manière d’Être.

Être dans la relation, comprendre au mieux le ressenti de la personne, être à l’écoute, c’est ainsi que se crée un espace relationnel où un sentiment de sécurité et de confiance pourra petit à petit émerger, où aucun jugement ou condition ne s’impose. La personne apprend alors à reconnaître ce qu’elle ressent, ce qu’elle vit en toute confiance, sans peur, ni honte. Elle apprend à se re-connaître. Elle apprend à faire confiance en son propre jugement et non plus en celui des autres. Elle ne joue plus un rôle, elle n’est plus dans le paraître, mais dans l’ÊTRE.